À la découverte d’attractions originales aux racines profondément ancrées dans le passé

La préfecture de Gifu est imprégnée de siècles d’histoire et de tradition. De grands seigneurs de la guerre s’y sont élevés et y sont tombés, leur destin influant le cours de l’histoire du Japon. La vie a poursuivi son chemin, mais l’aspect traditionnel des rues a survécu dans des villes où passé et présent sont désormais indissociables. De même, certaines traditions s’y perpétuent.

Les arts et l’artisanat sont depuis longtemps florissants à Gifu. La région est le berceau des lames de Seki, du papier japonais washi de Mino, du travail du bois de Hida, de la céramique de Mino, de la teinture à l’indigo et autant d’autres métiers transmis de génération en génération. Ils sont non seulement préservés, mais toujours aussi vivants et constituent encore un aspect important des communautés locales.

Il en va de même pour d’autres traditions : le théâtre Ji-Kabuki, où des troupes d’amateurs locaux mettent en scène une version typique de Gifu du théâtre kabuki, ou la méthode vieille de 1 300 ans qui consiste à utiliser des cormorans pour attraper des poissons ayu. Connue sous le nom de « ukai », la pêche au cormoran est protégée par l’Agence de la Maison impériale du Japon uniquement dans les villes de Seki et Gifu. Admirer de nuit des pêcheurs pratiquant l’ukai parcourir le fleuve Nagara à la lumière des torches reste un spectacle emblématique de Gifu, l’une des nombreuses attractions originales de Gifu, aux racines profondément ancrées dans le passé.

Le papier washi de Mino : 1300 ans de confection du papier

Le papier washi de Mino : 1 300 ans de confection du papier

La fabrication du papier a été documentée dans le sud de Gifu dès les années 700, à l’époque où cette partie de la région était connue sous le nom de province de Mino. Treize siècles plus tard, le papier washi de Mino est considéré comme l’un des meilleurs du Japon et a été reconnu internationalement, le processus de production de son papier de qualité supérieure ayant reçu la désignation de patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO avec deux autres variétés de washi en 2014.

Fabriqué dans sa forme la plus traditionnelle avec du mûrier kozo et de l’eau claire du fleuve Nagara, le papier washi de Mino a aujourd’hui de nombreuses utilisations. La visite des boutiques d’artisanat du vieux quartier de Mino ou du musée du washi de Mino permet de découvrir la résistance de ce papier – et sa beauté esthétique – qui lui a permis d’être destiné à toutes sortes d’usage, de l’impression sur rouleau, des portes coulissantes à écran et des ventilateurs aux étuis de cartes de visite, en passant par les abat-jour et même les vêtements.

Au musée, il est également possible de s’essayer à la fabrication de son propre papier washi – c’est l’un des nombreux ateliers pratiques disponibles dans la région. La transformation de la pâte à papier gluante en washi est une expérience amusante et peu salissante qui se termine par la possibilité de ramener chez soi une feuille de son propre papier et de comprendre à quel point le processus de fabrication du papier washi de Mino exige des compétences particulières.

L’art du travail du bois de Hida

L'art du travail du bois de Hida

Depuis le 7e siècle, la région de Hida, dans le nord de la préfecture de Gifu, est réputée pour son artisanat du bois. Ses artisans ont construit de si beaux temples et sanctuaires que l’ancienne province de Hida a été exonérée de taxes en échange de l’envoi d’un groupe d’artisans du bois à Nara, la capitale de l’époque. Pendant leur séjour, ils ont contribué à la création de certaines des plus célèbres structures historiques qui subsistent au Japon.

Transmis de génération en génération, ce savoir-faire des artisans est aujourd’hui visible dans les sculptures ornées sur les chars lors des nombreux festivals de Gifu, et dans les bâtiments traditionnels en bois de la vieille ville de Takayama. Mais également dans les produits artisanaux en vente au marché du matin de Miyagawa à Takayama et dans les boutiques d’artisanat de la région. Les artisans du bois de Hida ont laissé leur empreinte indélébile sur Gifu et sa culture.

Si les artisans du bois de Hida sont enracinés dans la tradition, ils ne sont pas figés dans le passé. Qu’ils travaillent le cyprès, le cèdre ou le hêtre, ils utilisent également leurs techniques traditionnelles pour donner forme à des créations contemporaines. Il existe des meubles, des ustensiles de cuisine aux lignes épurées de Hida et bien plus encore. Et tout est fabriqué en veillant à ce que les artisans et la forêt continuent de coexister.

La céramique de Mino : la forme de céramique japonaise la plus répandue

La céramique de Mino : la forme de céramique japonaise la plus répandue

De tous les métiers de Gifu, riches et variés, aucun n’a eu d’impact sur le Japon comparable à celui de la céramique de Mino. Née il y a plus de 1 300 ans, elle représente aujourd’hui plus de 50 % de toutes les céramiques fabriquées au Japon et se réfère à la poterie produite principalement dans les villes de Tajimi, Toki, Mizunami et Kani, au sud-est de Gifu. L’une de ses caractéristiques modernes est qu’elle n’est pas confinée à des paramètres étroits. Elle peut donc être fabriquée à la main à petite échelle ou produite en masse dans des usines, et les artisans de la région sont connus pour appliquer leurs techniques ancestrales à la création de gammes variées de produits et de styles. Tout est possible.

Cela dit, il existe certains styles typiques de Mino. Le fini noir Setoguro, les tons rougeâtres clairs Shino et la teinte vert Oribe, qui tire son nom du samouraï du 16e siècle et maître de la cérémonie du thé Furuta Oribe, sont tous des exemples de céramiques typiques et traditionnelles de Mino. Dans les ateliers du sud-est de Gifu, il est possible de s’essayer à la fabrication de sa propre version de la céramique de Mino, ou s’arrêter devant les fours pour découvrir les différentes approches de l’artisanat. Et, bien sûr, il existe de nombreux endroits où il est également possible de se procurer un ou deux souvenirs originaux en céramique de Mino.

À la découverte de l’ukai, la pêche traditionnelle au cormoran

À la découverte de l'ukai, la pêche traditionnelle au cormoran

Chaque nuit, de la mi-mai à la mi-octobre, l’histoire se donne à voir sur le fleuve Nagara. Des braises et des étincelles jaillissent des lanternes ardentes suspendues aux étraves des bateaux de pêche sculptés à la main, laissant des traînées orange sur l’eau. Aux mains de pêcheurs habiles, des cormorans attachés plongent dans le courant du Nagara, à la recherche de poissons ayu. C’est l’ukai, une forme de pêche qui se pratique à Gifu depuis 1 300 ans grâce à des générations d’efforts locaux pour la préservation du fleuve.

Chaque bateau est mené par un usho, un chef pêcheur qui contrôle une dizaine de cormorans à la fois avec un système de cordes. Depuis 1890, chaque usho de Gifu est employé par l’Agence de la Maison Impériale pour aider à préserver la tradition de l’ukai. Et chacun d’entre eux, bien qu’ils ne pêchent que pendant une moitié de l’année, est responsable toute l’année de ses cormorans, de leur formation, des soins et des liens affectifs avec une vingtaine de ces oiseaux à tout moment.

Ce métier regroupe encore neuf bateaux sur le Nagara, dans les villes de Seki et de Gifu, et tout le monde peut les observer depuis la rive ou depuis des navires d’observation sur le fleuve. Cependant en dehors de la saison de la pêche, les visiteurs peuvent se rendre également dans un musée avec nombre d’expositions interactives et multimédia qui donnent vie à l’ukai.

Sekigahara: la bataille qui a façonné le Japon

Sekigahara: la bataille qui a façonné le Japon

Au premier regard sur une carte du Japon, il apparaît que la préfecture de Gifu sépare quasiment l’île principale en deux. De fait, cette situation a donné à la région pendant des siècles ce rôle de clé stratégique pour tout seigneur de guerre voulant exercer une influence sur la nation.

Un jour d’octobre 1600, au sud-ouest de Gifu, dans la ville de Sekigahara – à l’époque une ligne de démarcation entre les cultures orientale et occidentale du Japon – des siècles de lutte sanglante ont pris fin. Deux armées s’affrontèrent, d’un côté les forces orientales de Tokugawa Ieyasu et de l’autre les forces occidentales d’Ishida Mitsunari. Bien qu’en infériorité numérique, Tokugawa triompha et s’efforça ensuite d’unifier le Japon, établissant ainsi le nouveau gouvernement d’Edo en 1603 et inaugurant des siècles de paix. Toujours considérée comme la plus grande bataille jamais menée sur le sol japonais, Sekigahara fait désormais partie de la Déclaration commune du Sommet mondial des champs de bataille avec Gettysburg aux États-Unis et Waterloo en Belgique.

Aujourd’hui, des bannières flottent au vent sur l’avant-dernier site de bataille à Sekigahara et dans les campements de Tokugawa et d’Ishida. Il y a une tranquillité qui rend difficile d’imaginer la brutalité qui s’est déchainée lorsque plus de 160 000 hommes ont combattu ce jour-là. Pour cela, il convient de visiter le nouveau mémorial de Sekigahara (ouvert à partir de juillet 2020), où chacun pourra se faire une idée de l’ampleur et de l’impact de la bataille, avec des armures et des armes d’époque, des expositions en réalité virtuelle et des présentations de découvertes exhumées du champ de bataille.

La magie du Ji-Kabuki

La magie du Ji-Kabuki

Peu d’artistes reçoivent des applaudissements d’encouragements ou de l’argent jeté à leurs pieds sur scène lorsqu’ils se trompent de réplique. Tout cela fait partie du divertissement du Ji-Kabuki. Forme rurale du kabuki – un art théâtral formel désigné par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel – le Ji-Kabuki est informel, interactif et amusant. Traditionnellement joué par les roturiers, il n’est nulle part aussi populaire qu’à Gifu, où plus de 30 organisations de cet art maintiennent cette forme de culture vivante dans neuf théâtres historiques de la région.

Bien que tous les spectacles de Ji-Kabuki puissent se ressembler aux yeux de non-initiés – maquillage facial élaboré, discours exagéré et association d’acteurs, de narrateurs et de musiciens en costumes traditionnels – il existe toute une variété de pièces dans le répertoire du Ji-Kabuki. Les pièces contemporaines sewamono dépeignent la vie à l’époque Edo (1603-1868), lorsque la culture Ji-Kabuki a commencé, les pièces d’époque jidaimono racontent des histoires de samouraïs avant l’époque d’Edo et il y a aussi des pièces de danse buyo.

Il est bien connu que, lorsque le terme « contemporain » renvoie, pour une forme d’art, à quelque chose qui se situe dans les années 1600, cette forme existe depuis longtemps. Mais ce que beaucoup ne savent pas, lorsqu’ils regardant du Ji-Kabuki, c’est que tout est joué par des amateurs, habitants de la région, pour tout le monde.